213362228

Le premier-ministre russe Dmitri MEDVEDEV a introduit l'interdiction de l'importation de toute une série de marchandises étrangères pour les besoins de la défense et la sécurité de l'État. Des exceptions seront faites au cas par cas, quand aucun équipement analogue n'est produit en Russie ou ne correspond pas aux exigences des acheteurs de l'État.

"L'arrêté actualise la base réglementaire aux fins de l'observation obligatoire par les acheteurs d'équipements techniques d'exigences d'évitement de l'acquisition de marchandises étrangères pour les besoins de la défense du pays et de la sécurité de l'État", énonce le message du gouvernement.

Dans ce contexte, l'équipement dont des analogues ne sont pas produit en Russie, à l'importation dans le pays n'est pas imposé à la taxe sur la valeur ajoutée. En particulier, ce sont les machines de fonte utilisées dans la métallurgie, certaines catégories de machines-outils, ainsi que des appareils de mesure ou de contrôle, des installations et des machines pour la mesure ou le contrôle des mesures géométriques.

13840285

"L'absence de production de l'équipement en Russie peut aussi être confirmée par l'expertise du ministère de l'industrie et du commerce de Russie. Cet arrêté donne instruction au ministère de l'industrie et du commerce de Russie d'élaborer les règles de tenue d'une telle expertise", est-il expliqué dans les commentaires du document.

Le gouvernement croit que la réalisation de ce règlement contribuera au développement de l'économie nationale, au soutien des producteurs russes, à la protection du marché intérieur, ainsi qu'à la garantie de la défense et la sécurité du pays, transmet l'agence de presse russe RIA Novosti. La décision entrera en vigueur le 1 janvier 2014.

De plus, l'exportation d'armes par la Russie continue à augmenter. Ainsi, le vice-premier ministre chargé du complexe militaro-industriel Dmitri ROGOZINE a déclaré que vers 2020 la Russie pourra produire un volume d'exportation d'armements pour 50 milliards de dollars par an. Il a appelé comme mission la plus importante l'engagement du potentiel de la sphère militaire dans l'industrie.

1370431015_936415128

"Sans prendre en compte l'inflation, je pense que vers 2020 nous pouvons compter sur un volume de 50 milliards de dollars chaque année. C'est une croissance de quatre fois", a remarqué ROGOZINE. D'après lui, il n'y a pas le moindre doute que la Russie non seulement gardera sa deuxième place pour le volume d'exportation d'armements, mais aussi réduira le fossé entre les premières et deuxièmes places.

Cette décision est une confirmation supplémentaire de la priorité marquée par Vladimir POUTINE, fin 2011, pour le développement du complexe militaro-industriel.Cette politique est une rupture définitive avec la politique gorbatchévienne de reconversion de l'industrie militaire vers les secteurs civils. L'idée du pouvoir étant que l'industrie militaire, doit recevoir l'essentiel investissements en direction de l'industrie de pointe russe, dont elle sera la locomotive pour se libérer de la dépendance de son économie envers les secteurs énergétiques.

Cette mesure de patriotisme économique illustre aussi la montée de l'influence du bloc patriotique au sein du pouvoir russe (Dmitri ROGOZINE, Sergueï GLAZIEV, Igor SETCHINE, Sergueï IVANOV), au détriment du bloc libéral (Guerman GREF, Mikhaïl DVORKOVITCH).

Elle est enfin une pierre dans le jardin de l'occident (notamment France et Allemagne), grands fournisseurs de matériel et de pièces détachées pour les armées et les forces de sécurité russe et dont le carnet de commandes risque d'être touché par cette mesure.